Gros typhon en approche !

Lors de mon précédent séjour à Taïwan, j’avais déjà eu l’occasion de vivre un typhon. Pour rappel, un typhon c’est la même chose qu’un cyclone ou un ouragan, ce sont juste des synonymes régionaux. Deux choses : du vent et de la pluie. Beaucoup. Suivant la catégorie de typhon, le vent peut aller de 60 à plus de 250Km/h ! Pluies considérables, inondations, glissements de terrain…

Celui d’il y a un an, c’était un tout petit qui passait assez loin. De la fenêtre de la où je logeais, je n’ai vu qu’un gros orage.

Mais voilà qu’avant-hier j’apprend que mon week-end risque de tomber à l’eau (quel boute-en-train ce Pierre) à cause d’un nouveau typhon en approche, Soulik. Hier il était classé catégorie 4, c’est juste en dessous des super typhons (le maximum), autrement dit, du gros, du lourd ! Aux alentours de l’œil du typhon, là où les vents sont les plus violents, il faudra s’accrocher car les vents sont compris entre 210 et 250km/h. Imaginez votre voiture lancée à toute allure sur l’autoroute, à 130 km/h. Sortez la tête par la fenêtre pour voir… Maintenant imaginez le double de cette vitesse ! Ajoutez à cela une pluie littéralement torrentielle qui vous trempe en 5 secondes chrono : vous avez un aperçu de ce que je risque de vivre dans 36 heures.

Et oui, non seulement ce typhon est énorme et très puissant, mais en plus il va passer droit sur Taipei, là où je me trouve. En plein dessus !

soulikComme vous pouvez le voir sur cette image, quand il arrivera sur Taipei il va probablement décroître d’une catégorie (et tomber à 3) et ses vents seront plutôt aux alentours de 200km/h. Ouais, ça change pas grand chose….

Du coup je suis très intrigué et je me suis documenté. Il est intéressant de savoir que le typhon le plus meurtrier de l’histoire de Taïwan était Morakot en 2009. Il est passé en plein sur l’île et à fait 600 victimes.

C’était un typhon de catégorie 1.

Aujourd’hui le gouvernement taïwanais a déjà fait évacuer 2 300 logeant sur la côte, il faut savoir que des vagues de plus de 10 mètres sont attendues !

Bon, maintenant que j’ai bien fait monter la mayonnaise, il est temps de relativiser. Certes, c’est un gros typhon, il passe en plein sur Taipei. Mais c’est courant… chaque été plusieurs typhons passent sur ou à proximité de l’île. Les typhon de catégorie 4 ou 5 ne sont pas si rare que ça (un tous les 2 ans d’après mon amie). L’immeuble dans lequel je me trouve a déjà fait ses preuves maintes et maintes fois et il est situé sur une colline. Ma famille d’accueil est sereine. En gros, tant que l’envie subite d’acheter une bière au 7-11 du coin ne me prend pas au beau milieu de la tempête, je ne risque pas grand chose. De plus, il est normalement prévu que je m’échappe de la capitale pour aller un peu plus vers le sud, dans les gorges de Taroko et donc m’éloigner de la tempête une douzaine d’heures avant qu’elle n’éclate. Tout dépend de mon train s’il sera annulé ou pas.

Comment ça, aller dans des gorges lors d’un typhon n’est pas une bonne idée ? :)

Publicités

Départ dans 3 jours

Ça y est, on est au bout. Un peu comme la fin d’un rêve je reviens plus ou moins brutalement à la réalité. Il y a de cela quelques semaines je me suis soudainement rendu compte que j’avais de nombreuses choses à faire pour préparer la dernière année de mon cursus à Paris. Emprunt bancaire, recherche de stage, recherche de logement… pas facile de faire tout ça de Chine !

Il ne me reste plus que quelques dizaines d’heures à fouler le sol chinois. Je vais devoir dire au revoir à mon croisement d’autoroutes, aux klaxons chinois qui portent à des kilomètres, à l’odeur de pollution et de plastique brûlé. Mais aussi aux nombreuses personnes que j’ai pu rencontrer ici plus ou moins intimement : chinois, italiens, allemands, français, suisses, vietnamiens, taïwanais ou encore japonais. Dire au revoir aux folles soirées entre  amis, au gigantesque et agréable campus de Tongji Jiading, à quelques professeurs… Et puis fini la censure !

Alors c’est terminé ? Mais non ! Je n’ai pas encore sorti ma dernière carte ! Jeudi matin je m’envole non pas pour Paris, mais pour Taipei à nouveau où je resterai trois semaines. Pour moi Taïwan c’est tous les avantages de la Chine, sans les inconvénients. Avec en plus une touche de culture japonaise qui rajoute de la diversité.

Donc bien que ce blog bat sérieusement de l’aile, il n’est pas encore mort. J’ai encore quelques articles à partager ici : un dernier sur les Philippines (avec un sacré retard !), un ou deux sur Pékin que j’ai pu visiter il y a quelques jours et puis du nouveau sur Taïwan ! Idéalement j’aimerais aussi vous faire une conclusion sur le second semestre à l’université et sur le voyage en général.

En attendant, je surveille la frontière. Sait-on jamais.

muraille_pierre

 

Chiang Kai-Shek Memorial

Un peu d’histoire.

Chiang Kai-Shek, militaire et politicien chinois, fut président de la première république chinoise puis premier président de la république de Chine à Taïwan. C’est lui-même le fondateur de Taïwan.

Un peu avant 1950, Chiang tente d’éradiquer les communistes de Mao Zedong, mais ne parvient pas à ses fin. En 1949, il démissionne de son poste de président de la république de Chine et se repli à Taïwan. Il reste président de Taïwan jusqu’à sa mort en 1975, son gouvernement et de type autoritaire : parti unique et loi martiale.

En 1978 la démocratie commence pour de bon avec son fils qui lève la loi martiale.

Ce monument est donc dédié à sa mémoire, à la fondation du pays. On rentre sur le site en passant sous une gigantesque arche.

Deux bâtiments tout aussi démesurés se dressent à votre gauche et à votre droite, avec des jardins qui les entourent.

Vous avez remarqué, il y a toujours cette andouille d’occidental qui se met sur mes clichés ! C’est pas croyable…

Enfin, au bout du jardin, vous trouverez le mémorial en lui-même. (j’ai réussi à semer le blanc-bec sur cette photo ! )

On traverse les jardins et se retrouve au pied du bâtiment. (encore lui !)

Le crépuscule est là. La place centrale est tellement gigantesque que le temps de la retraverser la nuit est déjà tombée.

Départ pour Taïwan J-1

Ça y est, le grand jour est arrivé.

Je passerai ce soir ma dernière nuit en France dans un hôtel à proximité de Roissy Charles de Gaulle.

Feuille de route :

  1. Départ de Nantes en train à 17h55, arrivée à l’aéroport 21h11.
  2. Nuit d’hôtel.
  3. Décollage de mon avion à 11h20, arrivée à Taipei (Taoyuan International Airport) à 6h30 dimanche, soit 13h10 de vol. Compagnie Eva Air.
  4. Mon amie vient me chercher en bus à l’aéroport.
  5. ???
  6. Profit

Pour ce premier voyage en avion je dois avouer avoir certaines appréhensions : les hôtesses sont-elles aussi séduisante que ce que l’on dit ? Aurais-je vraiment droit à des pantoufles estampillées « Eva Air » ? La bière servie à bord est-elle asiatique ou occidentale ? Y aura-t-il de petits écran incrustés dans les sièges pour nous faire passer le temps ?

Et la dernière question qui me turlupine… Quelle sensation ça fait d’être bloqué dans une cage en métal à 10km d’altitude lancée à 800km/h pendant 13 heures ?